L'association Cun Ulmer Grün est inscrite depuis le 21/09/2011 au registre  des Associations du Tribunal d'Instance de Haguenau sous les références : V: 37 Folio n°2156


Pour toute information complémentaire, veuillez vous référez à la rubrique qui sommes nous.
 

Suivez-nous:

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Histoire résumée du Schoeneck

Des origines obscures

XIIe siècle
D’après les vestiges les plus anciens, le château existe déjà. Peut-être était-il même château impérial car les localités de Morsbronn et de Hegeney, qui relevaient à ce moment directement de l'Empire, devaient des corvées au château.

1287

Première mention connue dans les textes
Le château appartient à l’évêché de Strasbourg mais ce dernier l’a cédé en gage. Voulant racheter le château, l’évêque Conrad de Lichtenberg impose une contribution à son clergé.

 

Ci-dessus: Sceau  de Conrad de Lichtenberg, évêque de Strasbourg (1273-1299)

Ci-contre: Buste attribué à Jacques de Lichtenberg

Ci-contre: Frédéric 1er de Wittelsbach dit "le victorieux", prince électeur du Saint Empire Romain Germanique et Comte palatin.

De nombreux changements de propriétaires

 

1301
L’évêque Frédéric de Lichtenberg aquiert  le château ; il le remet en fief à son neveu Jean de Lichtenberg. Entre 1375 et 1390, l’évêque de Strasbourg Frédéric de  Blankenheim reçoit l’accord du chapitre et de Jean IV de Lichtenberg pour effectuer de nouveaux travaux au château.

1440
Lors d’un partage d’héritage entre les deux  derniers seigneurs de Lichtenberg, le château revient à l’aîné,  Jacques.

1464
L’électeur palatin Frédéric dit "le victorieux" s’empare  provisoirement du château, prétextant que l'administration de Jacques est néfaste aux intérêts de la famille de Lichtenberg.

 

1480
A l’extinction de la famille de Lichtenberg, les comtes de Hanau et les comtes de Deux  Ponts-Bitche héritent de la seigneurie.

1517
Le comte Reinhard de Deux Ponts-Bitche prend le chevalier Wolf Eckbrecht de Durckheim à son service et lui accorde la seigneurie en sous-fief. Le château étant délabré, Wolf est chargé de le restaurer.

 

1545-1548
D'importants travaux sont effectués au pour adapter le château à l’artillerie.

1570
A l’extinction de la famille de Deux Ponts-Bitche, la totalité du château revient à la famille de Hanau-Lichtenberg.

1618-1648

Pendant la guerre de Trente Ans, le château sert régulièrement de refuge aux habitants des localités de Woerth,  Morsbronn et Windstein.

Entre 1648 et 1663
Le château est placé sous la garde d’une garnison réduite à 4 hommes.De temps en temps, les hommes de la seigneurie viennent y faire un service.

1663
Le château est ravagé par un incendie de forêt. Les 

Durkheim entreprennent sa reconstruction et en profitent pour remodeler l'entrée du château (création de deux bastions d'artillerie à l'extrémité sud)

1675
La garnison du château est renforcée par des troupes palatines qui pillent la région.

1676
En pleine guerre de Hollande (1672-1678), les troupes françaises de Vaubrun tentent de s’emparer par surprise du château défendu par des soldats du régiment palatin « Isenburg» mais échouent. Le château sert de refuge à la population locale (d’après les registres, des baptêmes et mariages y sont célébrés).

1680

Le château est occupé par les troupes françaises de  Monclar et Melac qui finissent par le démanteler.

Le Schœneck vu depuis le nord-ouest, essai de reconstitution d'après Christophe CARMONA.

Historique des travaux

 

1881
Des premières fouilles ont lieu, mais aucun document n’est produit à ce sujet.

1981
De nouvelles fouilles sont entreprises. L’équipe de Maurice Frey (Ecole d’Architecture de Strasbourg) dégage l’entrée avec ses deux bastions d’artillerie.

1983
René Schellmanns reprend les fouilles : il s’occupe de la fosse d’entrée et de la barbacane sud-est où il découvre notamment une forge.

1999

Création de l'association Cun Ulmer Grün fondée par Jacques Bruderer pour redécouvrir le site.

Une des légendes du Schoeneck
Historique complet du Schoeneck
Un roman paru en 2012 qui se passe au Schoeneck

Le Schœneck, "avant et après", essais de reconstitution d'après Christophe CARMONA

Le Schœneck vu depuis l'est.
Essai de reconstitution d'après Maurice Frey architecte
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now